SUPPORTS / SURFACES

19 Octobre - 25 Novembre 2017 Ile Saint-Louis
Vues de l'exposition
Présentation

A la fin des années 60, dans le domaine artistique, tout est remis en question. Les américains lancent l’art minimal et les italiens l’Arte Povera.  « L’objet de la peinture est la peinture elle-même » disait Daniel Dezeuze et c’est avec ce mantra que Pincemin, Viallat, Saytour, Dezeuze, Cane et autres définirent le mouvement Supports-Surfaces.

 

Depuis sa création en 1970, le groupe Supports/Surfaces a réuni de manière informelle mais fondée sur des exigences précises de nombreux artistes venant tous des ateliers des Beaux-Arts à Paris et en partie à Nice. Seul Pincemin venait du monde ouvrier et n’a jamais fréquenté les écoles d’art. En réalité, ce groupe dura peu de temps, de nombreux désaccords survenant au sein des artistes. Beaucoup démissionnèrent dès 1972 pour des raisons idéologiques et politiques mais la grande majorité des artistes continuèrent à se retrouver lors d’expositions diverses.

 

La brièveté du groupe n’a cependant pas occulté l’extraordinaire modernité de ses membres et a donné à la peinture contemporaine un formidable élan. Influencés par le Nouveau Réalisme, les jeunes artistes imaginèrent de nombreuses possibilités pour développer leur art par l’utilisation de matériaux récupérés. De leur univers redéfini, émergèrent des impressions inédites, des messages inattendus. Toile libre, pliage, tressage, toile de bâche, tissus divers, corde nouée : le matériau vaut le geste créatif, et l’oeuvre finale passe au second plan.

 

Supports-Surfaces représente le dernier, bien que tardif, mouvement d’avant-garde français, dans l’histoire de la modernité. De ces quatre artistes dont nous exposons les oeuvres, seul le plus jeune, Jean-Pierre Pincemin, né en 1944, est décédé.  Les trois autres, si jeunes toujours, aimeraient imaginer un dialogue à quatre voix, voire à huit mains. Nous avons imaginé pour vous ce dialogue.